Arts

Peinture, sculpture, photographie, musique, art contemporain, cinéma, arts décoratifs, design architecture... Plus de 9000 documents invitent à une exploration de l'art dans toute sa diversité. Que ce soit pour une initiation ou une approche plus fouillée, dictionnaires, biographies, catalogues d'exposition, ouvrages théoriques et critiques, revues, DVD sont à votre disposition.

Les choix des bibliothécaires

  • Avec Giacometti

    Yanaihara Isaku a rencontré Giacometti en 1955 ; professeur de philosophie à l’université d’Osaka, bénéficiaire d’une bourse du CNRS qui lui permet de séjourner en France, il s’apprêtait à retourner au Japon mais va différer son voyage pour poser pour lui. C’est le récit de ces séances -Yanaihara prenait des notes chaque soir– et celui d’une amitié forte qui est publié pour la première fois dans sa version intégrale par les éditions Allia, et illustré de magnifiques photos.Nous y voyons Giacometti recommencer sans cesse sa toile pour essayer de saisir au mieux un visage et une présence qui se dérobent, car comment dessiner un visage tel qu’on le voit, « saisir un tout qui ne se réduit pas à un agrégat de détails ». Au fil des séances de pose qui durent plusieurs mois nous voyons Giacometti crier, pleurer, détruire et racler chaque jour la surface des toiles qu’il a entamées « Votre visage est fait d’une multitude de lames de rasoir tournées vers moi. C’est impossible à dessiner... Vous me terrorisez » Auprès de Yanaihara Isaku nous pénétrons au plus près de la vie et de la création de Giacometti ; journal et récit d’une amitié ce livre est aussi une formidable réflexion sur la création.
  • Masterclass storyboard

    «Le réalisateur dicte (...)les visions qui l'habitent tandis que le storyboardeur les retranscrit à la perfection, parvenant parfois même à les anticiper et à les sublimer ». Dans Masterclass storyboard Aurélie et Virginie Coffineau ont récolté des témoignages de storyboardeurs et de réalisateurs. Les storyboardeurs nous racontent leur métier, les bons et mauvais côtés, les difficultés, leur rapport aux réalisateurs et professionnels du cinéma... Dans des entretiens, réalisateurs, cadreurs et divers collaborateurs expliquent leur vision de ce métier et du rôle parfois très controversé qu'ont les storyboardeurs dans le milieu du cinéma., Masterclass Storyboard est ainsi un ouvrage très éclairant sur le métier de storyboardeur, finalement assez mal connu en France. Grâce à des conseils et méthodes, il apporte également une aide appréciable aux futurs storybordeurs ou simplement à tout cinéphile.
  • Graffiti général

    De magnifiques photos pleine page nous font découvrir le bâtiment des Magasins généraux tel que nous ne le verrons plus jamais. Graffiti général, c'est une masse géante de béton entièrement recouverte de graffitis jusqn'en 2012, un chef d'oeuvre d'ingénieur, inauguré en 1931, tatoué de la tête aux pieds, avant son rachat par BETC. Karim Boukercha évoque les artistes qui l'ont peint et repeint et plus largement l'histoire du graph à Paris et de trois générations de grapheurs depuis le début des années 80. Les pionniers du graph : Bando, Scam puis Spirit, Blitz, Asphalt (les Paris City Painters) suivis de tant d'autres vont migrer du centre à la banlieue. Les « spots » en vogue sont d'abord les palissades du chantier d'Orsay ou de Beaubourg  puis Stalingrad. Il y a dans les années 90 une centaine des spots et des murs collectifs à Montreuil et Bagnolet. La disparition des friches conduit à l'apparition de nouvelles scènes comme trains et métros tandis que les graffeurs de terrain se réfugient dans les banlieues. C'est ainsi qu'en 2006 Lek, Gorey, Horphée etc. investissent les anciennes douanes de Pantin : les styles se succèdent et se superposent ; les douanes deviennent une galerie à ciel ouvert.(le site graffitigeneral.com prolonge cette activité picturale intense aujourd'hui terminée).
  • La coulure

    En écho à Daniel Arasse, GuillaumeCassegrain spécialiste de la peinture italienne de la Renaissance etenseignant à L'université Lumière Lyon 2 s'intéresse ici à lacoulure dans la peinture. Ces coulures résultats d'une volontédéclarée de l'artiste ou simple accident survenu lors de laréalisation de l'oeuvre il les étudie dans des peintures deGiovanni Bellini, Le Tintoret, Cy Twombly, Pollock ou Rauschenberg.Ces traces qui insistent sur la matérialité de la peinture peuventêtre vues comme de simples témoins du geste du peintre ou comme desmoyens d'expression autonomes qui participent à la lecture del'image.
  • Cahiers secrets d'une costumière de théâtre

    Pascale Bordet nous présente son métier de costumière de théâtre et les différentes rencontres qui ont jalonné son expérience de la scène théâtrale. Ses aquarelles, les photographies de Laurencine Lot et les témoignages des artistes accompagnent cette présentation. Costumière de théâtre, elle contribue à donner corps par le tissu et le fil au personnage incarné par le comédien et ainsi à lui insuffler vie. Elle signe ici un très beau livre, richement illustré qui recrée l'atmosphère si particulière qu' elle a découvert au fil des années. Cet ouvrage séduira les amateurs de théâtre mais également les amateurs d'arts par ses aquarelles et ses portraits.
Top