Arts

Peinture, sculpture, photographie, musique, art contemporain, cinéma, arts décoratifs, design architecture... Plus de 9000 documents invitent à une exploration de l'art dans toute sa diversité. Que ce soit pour une initiation ou une approche plus fouillée, dictionnaires, biographies, catalogues d'exposition, ouvrages théoriques et critiques, revues, DVD sont à votre disposition.

Les choix des bibliothécaires

  • Détroit, vestiges du rêve américain

    C est l'illusion d'une ville, les vestiges d'un rêve américain que nous montre ce magnifique livre de photographies prises par Yves Marchand et Romain Meffre. L'un cadre tandis que l'autre s'occupe de la mise au point et de l'exposition pour nous livrer de superbes photos ; une collaboration de cinq années pour un travail commencé en 2005. Beaucoup d' édifices ont été rasés depuis et d'autres restaurés. L'introduction  de Thomas H. Sugure, professeur d'histoire et de sociologie à l'université de Pennsylvanie nous parle de Motor city ; qui fut la capitale mondiale de l'industrie automobile et offre aujourd'hui un aspect désolé et grandiose à la fois, magnifiquement montré par les grandes photographies pleine page  : usines et entrepots vides, témoins de l'architecture fonctionnaliste d'Albert Kahn, Michigan Central station, porte d'entrée de la ville, inspirée des thermes de Caracalla devenue ruine à son tour et symbole le plus impressionnant de la ville fantôme, terrains vagues et façades d'anciens buildings de années folles qui ne sont plus que des décors... Aujourd'hui de grandes zones de la villes sont revenues à l'état de nature, des colonies de faisans se sont installées dans des endroits autrefois densément peuplés.
  • Cahiers secrets d'une costumière de théâtre

    Pascale Bordet nous présente son métier de costumière de théâtre et les différentes rencontres qui ont jalonné son expérience de la scène théâtrale. Ses aquarelles, les photographies de Laurencine Lot et les témoignages des artistes accompagnent cette présentation. Costumière de théâtre, elle contribue à donner corps par le tissu et le fil au personnage incarné par le comédien et ainsi à lui insuffler vie. Elle signe ici un très beau livre, richement illustré qui recrée l'atmosphère si particulière qu' elle a découvert au fil des années. Cet ouvrage séduira les amateurs de théâtre mais également les amateurs d'arts par ses aquarelles et ses portraits.
  • La coulure

    En écho à Daniel Arasse, GuillaumeCassegrain spécialiste de la peinture italienne de la Renaissance etenseignant à L'université Lumière Lyon 2 s'intéresse ici à lacoulure dans la peinture. Ces coulures résultats d'une volontédéclarée de l'artiste ou simple accident survenu lors de laréalisation de l'oeuvre il les étudie dans des peintures deGiovanni Bellini, Le Tintoret, Cy Twombly, Pollock ou Rauschenberg.Ces traces qui insistent sur la matérialité de la peinture peuventêtre vues comme de simples témoins du geste du peintre ou comme desmoyens d'expression autonomes qui participent à la lecture del'image.
  • Passion baroque

    En retraçant les bouleversements historiques, religieux et les découvertes scientifiques en Europe à compter du début du XVIIème siècle jusqu'au milieu du XVIIIème, Gilles Cantagrel explique les origines du baroque. La terre n'est plus immobile, elle tourne autour du Soleil et le sang circule dans le corps. Ces observations révolutionnent de nombreux domaines de la pensée, musique comprise.Un langage musical absolument neuf naît en Italie qui va exprimer les sentiments de l'individu avec la musique vocale : la place est donnée au soliste et une musique purement instrumentale se développe. Voix et instruments se mêlent, l'harmonie est valorisée notamment par la basse continue.Gilles Cantagrel s'appuie sur trois âges du Baroque, Le premier Baroque, le Baroque Médian et le Baroque tardif, qui bien que définis arbitrairement permettent de comprendre l'évolution de la musique à travers les formes musicales sacrées et profanes( l'oratorio et l'opéra puis la sonate et la fugue). Il présente les compositeurs qui dominent, d'abord en Italie mais aussi en Allemagne et en France ainsi que la variété des instruments auxquels ils ont recours. Une liberté de plus en plus grande permettra d'élargir les sonorités, en particulier grâce aux modulations.La diversité des modes d'expression utilisés sont présentés de manière extrêmement claire et permettent au lecteur de retenir l'essentiel : le baroque fut un foisonnement, un formidable terreau pour les découvertes techniques qui a permis de représenter les tourments et les joies de l'âme dans un langage absolument nouveau, où la virtuosité règne.
  • L'AUA

    Créé au début des année 1960, l'Atelier d'architecture et d'urbanisme (AUA) était conçu comme un collectif de projet, un lieu de travail partagé et une coopérative de moyens avec une structure d'équipe contrairement aux agences centrées sur une figure unique. Parmi ses membres : Allégret, Parent, Ciriani, Chemetov., Kalisz, Perrottet , Sabatier, Corajoud .... La pratique collaborative de l'atelier fut cependant ébranlée dans les années 80 avec la généralisation du système des concours et la montée de l'individualisme. Dans une France en pleine modernisation, l'AUA se livra à une critique des grands ensembles, développant une architecture engagée avec une volonté de renouvellement des pratiques architecturales et urbaines dans le but de réinventer l'habiter du « plus grand nombre ». Son champ d'action fut la banlieue parisienne avec la construction de logements et d' équipement sportifs et culturels pour répondre aux attentes de villes qui se développaient, avec une volonté d'utiliser des solutions techniques innovantes.    L' oeuvre de cet atelier est particulièrement visible à Pantin : Centre d'administratif (Chemetov), Ilot 27, bibliothèque Elsa-Triolet (Kalisz et Perrottet)Cet ouvrage a été publié à l'occasion de la première rétrospective consacrée à  l'atelier à la cité de l'architecture et du patrimoine.
Top