Arts

Peinture, sculpture, photographie, musique, art contemporain, cinéma, arts décoratifs, design architecture... Plus de 9000 documents invitent à une exploration de l'art dans toute sa diversité. Que ce soit pour une initiation ou une approche plus fouillée, dictionnaires, biographies, catalogues d'exposition, ouvrages théoriques et critiques, revues, DVD sont à votre disposition.

Les choix des bibliothécaires

  • Vie ? Ou théâtre ?

    L'œuvre de Charlotte Salomon a été exposée il y a peu au Musée d'art et d'histoire du judaïsme à Paris, mais c'est la première fois qu'elle est publiée dans sa quasi intégralité (environ 800 gouaches), ceci par la jeune maison d'édition Le Tripode. Vie ou théâtre ? C'est la vie de Charlotte, son père médecin, sa belle-mère cantatrice, sa mère suicidée, son amour pour un professeur de chant, sa vie à Berlin, sa passion de l'art... Tout ceci brossé dans une sorte de fièvre entre 1940 et 1942 quand elle était réfugiée avec ses grand-parents à Villefranche-sur-Saône, avant sa déportation à Auschwitz et sa mort à 26 ans. Vie ou théâtre ? C'est l'œuvre d'une vie mêlant littérature et peinture ; un ensemble monumental réalisé avec de pauvres moyens sur papier et calque, et en jouant des trois couleurs primaires.
  • Pourquoi y a-t-il de l'art plutôt que rien ?

    Raphael Cuir invite ici des spécialistes de l'art, conservateurs de musées, critiques et historiens de l'art, philosophes et artistes, à répondre à la question : « Pourquoi y a-t-il de l'art plutôt que rien ? ». Parmi eux :Daniel Arasse, Bernard Blistène, Nicolas Bourriaud, Hervé Di Rosa, ou encore Jan Fabre, Gloria Friedman, Edgar Morin, Catherine Millet, Orlan , Raoul Vaneigem....En trois phrases ou en deux pages, tout en situant la fonction qu'occupe l'art dans les sociétés humaines, les auteurs rebondissent sur d'autres questions implicites et enchâssées : pourquoi l'humanité a t-elle créé l'art ? Peut-on imaginer l'humanité sans art ? Pourquoi l'art plutôt qu'autre chose ? Et dans ce cas, plutôt que quoi ? Diverses, complémentaires ou contradictoires, les réponses suggèrent en creux une re- définition de l'art.
  • Le désir et les dieux

    La mythologie gréco-romaine redécouverte par les artistes de la Renaissance après une longue période d'oubli a été une source d'inspiration importante pour les peintres du 16eme au 19eme siècle. Les histoires de désir et d'amour entre dieux et mortels fournissent des sujets de choix à Botticelli, Titien, Poussin, Rembrandt,  et bien d'autres. Dans L'Iliade et l'Odyssée ou les métamorphoses d'Ovide abondent les récits des amours divines : Jupiter et Danae, Diane et Endymion, Mars et Vénus, Pan et Syrinx ... Certains artistes sont fidèles au texte, d'autres s'en éloignent ; ainsi Corrège qui invente une transformation de Jupiter en nuage pour séduire Io qui ne figure nullement dans le texte d'Ovide. Quoi de plus tentant en effet que d'interpréter les amours des dieux pour créer en toute liberté. Ce livre nous fait redécouvrir avec bonheur la mythologie avec une mise en parallèle des récits des amours divines et des oeuvres inspirées aux artistes par ces textes.
  • L'abécédaire d'un pianiste

    Le grand interprète Alfred Brendel choisit de se promener dans l'alphabet pour nous inviter dans l'univers du piano. Puisant dans son expérience et dans son répertoire favori, Brendel se fait juge et conseiller pour éclairer les musiciens sur la manière de jouer les oeuvres pour piano en revenant sur les principaux compositeurs qui l'ont marqué : Beethoven bien sûr, mais aussi Schumann, Schubert, Haydn... Le pianiste livre sa conception des interprétations en s'arrêtant sur les lectures possibles des partitions à grand renfort d'exemples. Ses notes sont pleines de bon sens, et même d'humour et dressent finalement un portrait assez complet du pianiste : attentif à l'instrument, à l'histoire de la musique, à la technique, il livre aussi des anecdotes savoureuses de sa carrière de soliste qui témoignent de sa capacité à développer un esprit critique face aux diverses interprétations des oeuvres dont il s'est emparé.Agréable et facile à lire, il éclaire magnifiquement sa relation à l'instrument en le définissant ainsi : 'Le piano est un lieu de métamorphose. Il évoque, si le pianiste le veut, le chant de la voix humaine, le timbre d'autres instruments, de l'orchestre, de l'arc-en-ciel, de l'harmonie des sphères. Cette capacité de métamorphose, cette alchimie est notre richesse.'
  • L'AUA

    Créé au début des année 1960, l'Atelier d'architecture et d'urbanisme (AUA) était conçu comme un collectif de projet, un lieu de travail partagé et une coopérative de moyens avec une structure d'équipe contrairement aux agences centrées sur une figure unique. Parmi ses membres : Allégret, Parent, Ciriani, Chemetov., Kalisz, Perrottet , Sabatier, Corajoud .... La pratique collaborative de l'atelier fut cependant ébranlée dans les années 80 avec la généralisation du système des concours et la montée de l'individualisme. Dans une France en pleine modernisation, l'AUA se livra à une critique des grands ensembles, développant une architecture engagée avec une volonté de renouvellement des pratiques architecturales et urbaines dans le but de réinventer l'habiter du « plus grand nombre ». Son champ d'action fut la banlieue parisienne avec la construction de logements et d' équipement sportifs et culturels pour répondre aux attentes de villes qui se développaient, avec une volonté d'utiliser des solutions techniques innovantes.    L' oeuvre de cet atelier est particulièrement visible à Pantin : Centre d'administratif (Chemetov), Ilot 27, bibliothèque Elsa-Triolet (Kalisz et Perrottet)Cet ouvrage a été publié à l'occasion de la première rétrospective consacrée à  l'atelier à la cité de l'architecture et du patrimoine.
Top